XC Analytics
android-cover android-cover android-cover
Published in XC News

Au sujet de l’accès aux traces



Quand on est développeur d’applications Android, il est important d’être en permanence en ligne avec les évolutions de ce « système d’exploitation » (OS).
Celui-ci est, en effet, en développement constant, comme en témoigne l’historique que l’on peut consulter ici. La dernière version de "production", c’est-à-dire la plus récente, est Android 11. Elle est utilisée par tous les appareils qui le permettent. A chaque mise à jour de cet OS, des évolutions se révèlent, concernant différents éléments de l’interface. Depuis l’avènement de la version 10, un des changements majeurs concerne la sécurité des données des utilisateurs. C’est ce que nous allons approfondir, car il impacte toutes les applications, et a fortiori celles liées à nos activités aériennes.


android11


Jusqu’à Android 10, XC Analytics pouvait se permettre d’aller rechercher tous les fichiers igc dans l’ensemble de la mémoire de l’appareil, qu’elle soit interne, ou externe (carte SD par exemple). C’est ainsi que l’on retrouvait facilement la totalité des fichiers igc dans la liste proposée sur XC Analytics, comme elle apparait ci-dessous. L’avantage était double : peu importe l’emplacement du fichier, il était possible de le voir s’afficher, et un simple rafraichissement de cette liste (en faisant glisser son doigt vers le bas de l’écran) permettait de trouver les nouvelles traces igc récemment ajoutées ou créées. Le défaut de cette souplesse de traitement se comprend aisément : n’importe quelle application ayant accès à la mémoire de l’appareil pouvait en "espionner" l’ensemble de son contenu.


liste traces igc


Avec Android 10, les choses changent. Dans un souci de protection des données personnelles, chaque application ne peut désormais accéder qu’aux éléments qu’elle produit (hors exceptions). Cela se traduit directement, au niveau de l’appareil, par la création d’un dossier dédié à chacune, dans le répertoire /Android/data. Et l’utilisateur ne peut d’ailleurs plus voir ce que contiennent les dossiers qui dépendent de ce répertoire. Ce qui fait que, tout naturellement, les applications non plus. Les données propres à chacune d’entre elles sont ainsi cloisonnées, ce qui a le mérite de protéger ce que l’utilisateur veut bien accorder comme "droits", et donc comme informations, à chaque application prise séparément.

Evidemment, vous l’aurez deviné, cela n’est pas sans conséquence. Les traces générées par les applications de navigation, comme LK8000, XCSoar ou XC Track par exemple, sont, par défaut, placées dans leur répertoire, et donc inaccessibles aux autres. Ce qui fait que récemment, certains ont pu constater que leurs traces n’étaient plus visibles dans la liste affichée par XC Analytics. Heureusement, des solutions existent, et plusieurs navigateurs de vol ont déjà commencé à les implémenter. Ainsi, LK8000 enregistrera les traces dans le dossier /Download, qui reste accessible à tous. D’autres, comme XC Track dans sa version beta, ont choisi de devenir des "storage providers", c’est-à-dire des entités auxquelles il est possible d’accéder, à l’image de Google Drive dans la capture d’écran ci-dessous. Le pilote viendra ainsi explorer le contenu de ces "storage providers" pour sélectionner la trace qu’il souhaite, et l’utiliser comme bon lui semble.


storage provider


Pour XC Analytics, la solution est donc duale : d’un côté, les traces se trouvant dans le dossier /Download continueront d’être listées, de l’autre, la prochaine mise à jour inclura un bouton qui permettra d’en localiser d’autres à partir de l’explorateur de fichiers d’Android, et notamment celles contenues dans le(s) "storage provider(s)". Chaque pilote aura toujours la possibilité, en connectant l’appareil à un PC, de copier les traces visibles d’autres applications vers le dossier /Download afin de les voir apparaitre dans la liste. Enfin, certaines applications permettront de "partager" des traces vers une liste d’applications capables de lire les fichiers igc, dont XC Analytics. Mais nous ne nous arrêterons pas là, et nous prévoyons notamment d’inclure un logger dans une future version. Il sera bien entendu un peu spécial, mais nous aurons l’occasion d’en reparler.

On peut donc se réjouir de cette évolution d’Android, qui permet à chaque utilisateur d’être un peu plus maitre de ce qu’il souhaite partager des informations qui le concerne, même si cela complique la tâche à de nombreuses applications, dont la nôtre. Notre politique, depuis le lancement de XC Analytics, a toujours été de respecter scrupuleusement les données personnelles des pilotes, et vous pouvez compter sur nous pour continuer dans cette voie à l’avenir !


Leave a comment