XC Analytics

graphiques


Comme pour les statistiques, à chaque graphique son explication. De quoi passer maître en matière d'analyse !

qualité de la trace

Ce graphique représente les intervalles d'enregistrement constatés dans la trace, et indique les éventuels trous présents.


Meilleure est la qualité de la trace, plus l’analyse produite par xc analytics sera fiable. Il est ainsi conseillé d’enregistrer 1 points GPS par seconde. Pour des raisons de précision sur les résultats calculés par xc analytics, les enregistrements au-delà de 5 points par seconde ne sont pas analysés. Si des trous apparaissent régulièrement dans les traces, ou que les positions verticales (altitude) et/ou horizontales semblent erratiques, il convient de faire vérifier son appareil d’enregistrement.

évolution de la distance totale sur circuit

Il s'agit de montrer, avec et sans vent, l'évolution de la distance parcourue sur circuit. La ligne à 0 met en évidence une évolution linéaire du compteur kilométrique entre le départ et l'arrivée.


Les courbes en jaune, au-dessus de 0, indiquent ainsi des périodes pendant lesquelles le pilote gagne du temps sur le parcours final, et inversement pour les courbes en bleu. Par exemple, l’attente au start, ou le temps passé sur site à la recherche du premier thermique feront apparaitre des courbes inférieures à 0, car la distance pendant ces phases progresse moins vite que sur le reste du parcours. L’échelle en ordonnée permet de connaitre la distance perdue ou gagnée à chaque moment du vol.

bande de travail

Les deux courbes de ce graphique relient respectivement le début et la fin de chaque phase de montée. Deux courbes resserrées peuvent indiquer un bon niveau de pilotage par exemple.


En mode comparaison, c’est aussi une manière d’explorer le thème de l’altitude de contrôle, notamment dans une optique de compétition ou de vol de groupe.

temps passé par tranche d'altitude réglable

Il s'agit du temps passé dans chaque tranche par rapport au temps total, en pourcentage. La hauteur de tranche est réglable. Par défaut, elle est à un tiers du plafond maximum.


En ayant par exemple déterminé la tranche d’altitude favorable de la masse d’air (via le graphique de moyenne des varios par tranche notamment), il est facile d’identifier quelle part du vol a été réalisée dans cette tranche. On peut ainsi déterminer si le jugement opéré pendant le vol en terme de placement a été judicieux.

vitesse moyenne de vol par heure

Ces deux courbes présentent l'évolution de la vitesse moyenne de vol sur une heure glissante, calculée par rapport à la distance sur circuit pour l'une, et à la distance totale pour l'autre.


C’est en exploitant ces courbes que se dégagent les différents rythmes du vol. Une information à rapprocher de séquences particulières, que ce soit en terme d’altitude, de conditions météo, ou de stratégie et décisions prises pendant le vol.

vitesse air estimée

Il s'agit ici de montrer la courbe d'évolution de la vitesse air réelle du pilote, et de sa vitesse air réelle en transition (colonnes).


Pour les accrocs du "push", cette donnée permet de voir et de comparer sa capacité à mettre le tempo sur certaines phases du vol. Il s’agit cependant d’une estimation, soumise aux mêmes contraintes que la statistique de pourcentage de temps passé accéléré.

vitesse et vent sur axe

Ces deux courbes assez techniques montrent l'évolution de la vitesse de la composante vent de face ou arrière, et l'évolution de la vitesse du pilote pendant le vol, sur axe dans les deux cas.


On pourra pleinement apprécier avec ces deux courbes l’impact réel du vent de face ou arrière à chaque moment du vol, et sa vitesse de vol en rapport. Une lecture riche en enseignement, pour influer sur ses méthodes de pilotage.

diagramme d'efficacité

Ce diagramme en étoile se base sur huit paramètres pour estimer l'efficacité globale d'un pilote lors de son vol, par rapport à un référentiel global basé sur la distance.


Le niveau "débutant" s’appuie sur un référentiel de vols inférieurs à 50km, le niveau "confirmé" sur des vols entre 50 et 120km, et le niveau "expert" sur des vols supérieurs à 120km. C’est en quelque sorte un résumé des compétences déployées par le pilote, par rapport à un groupe sélectionné pour correspondre au caractéristiques du vol réalisé. Ce graphique technique peut demander un certain temps d’adaptation. Il est plus facile à appréhender en comparaison : on peut noter, pour chacun des critères, ceux où l'on est meilleur ou moins bon par rapport à un autre vol.

phases de vol

Ce graphique montre la part de chaque phase dans le vol.


Probablement une des meilleurs représentations d’aide à la progression, cette image du vol par phase permet de saisir d’un coup d’œil les premières pistes d’améliorations pour le pilote : réduction de la part de recherche et augmentation de la part en cheminement. Il doit évidemment être tempéré par les valeurs de vario, de bande de travail, et d’autres graphiques relatifs aux conditions météo.

route et direction

Ce graphique présente la courbe d'évolution de l'écart entre la route suivie par le pilote et les azimuts du circuit (en haut), et entre la route suivie par le pilote et la direction du vent (en bas).


Ainsi, moins ces courbes varient, plus le pilote est aligné avec le circuit et le vent météo. On constate directement, en ordonnée, la valeur de ces écarts.

finesses de vol

Il s'agit ici de la représentation des finesses pour chaque phase de transition, et de la moyenne de ces finesses sur tout le vol. On pourra autant en déduire la performance de son aile, que ses compétences à optimiser les transitions.


C’est une donnée fiable et pertinente pour les inconditionnels du "glide" !

vol plané

On regarde ici l'évolution du temps passé en cheminement et transition face au temps passé en recherche et montée. Plus ce niveau est élevé, plus le pilote tend à avancer. Et s'il ne descend pas ou peu, c'est alors une preuve d'efficacité.


L’idée est d’avoir une volatilité aussi limitée que possible sur cette courbe, assortie d’un niveau (échelle en ordonnée) élevé.

rayon de virage

On représente ici la distribution (en pourcentage) des rayons de virage, par tranche de 10m.


A titre d’exemple, si vous êtes plutôt joueur et agile, votre rayon de virage le plus fréquent en parapente devrait se situer autour de 20m / 30m. Au-delà de 50m, il serait peut-être temps d’envisager des appuis plus marqués, à moins que vous ne voliez qu’en bord de mer !

vario moyen par heure

A chaque heure, ce graphique montre le vario moyen correspondant.


Un indicateur précieux pour constater l’évolution des conditions au cours d’une journée, mais aussi pour distinguer des spécificités locales, ou encore tempérer une augmentation importante de la part des phases d’ascendance sur une portion de vol qui n’offrait que de faibles varios par exemple.

ratio gauche / droite

Plutôt droitier ou gaucher ? Ce graphique vous montre si vous passez plus de temps à enrouler d'un côté ou de l'autre.


En reprenant l’historique de ses vols, un pilote pourra déterminer s’il a un biais fort en la matière, et ainsi travailler à le rééquilibrer. En parapente, on pourra aussi en déduire une éventuelle dissymétrie à surveiller dans le calage de l’aile.

temps passé en ascendance chaque heure

Quelle est la part moyenne de temps passé en thermique chaque heure ? C'est ce qu'on peut voir sur ce graphique, décrivant l'évolution au cours de la journée de vol.


Passage difficile, moment faste, en fonction de la zone géographique, de l’ennuagement, ou de tout autre facteur, l’architecture de la journée de vol se dévoile instantanément.

moyenne des varios par tranche

Il s'agit de la moyenne des varios instantanés par tranche d'un tiers de la hauteur maximum.


Cette représentation simple a l’avantage d’être très claire pour les pilotes démarrant le vol de distance. Chacun pourra progresser tant dans sa compréhension de la météo que dans sa logique de positionnement en terme d’altitude.

moyenne des varios par tranche de 100m

Il s'agit de la moyenne des varios instantanés par tranche de 100m, sur l'ensemble des altitudes fréquentées pendant le vol.


Cette représentation fine est dévolue aux spécialistes de la distance, qui souhaite disséquer la masse d’air rencontrée. Une donnée à rapprocher d’une analyse de l’émagramme par exemple, que ce soit du point de vue des courbes de températures ou des variations de vent.

altitude moyenne des phases de recherche

A chaque phase de recherche, son altitude correspondante. Ainsi, on distingue aisément si un niveau critique a été rencontré pendant le vol.

temps passé en recherche chaque heure

Quel est la part moyenne de temps passé en recherche chaque heure ? C'est ce qu'on peut voir sur ce graphique, décrivant l'évolution au cours du vol.


Passage difficile, moment faste, en fonction de la zone géographique, de l’ennuagement, ou de tout autre facteur, l’architecture de la journée de vol se dévoile instantanément.

gain et perte d'altitude en recherche

Ce graphique montre le gain ou la perte d'altitude correspondant à chaque phase de recherche, mettant en avant ses compétences de pilotage durant cette phase.
Vous n’avez que des barres positives ? Dites-nous comment vous avez triché !

altitude moyenne des phases de cheminement

A chaque phase de cheminement, son altitude correspondante. Ainsi, on distingue aisément si un niveau favorable a été rencontré pendant le vol.

temps passé en cheminement chaque heure

Quelle est la part moyenne de temps passé en cheminement chaque heure ? C'est ce qu'on peut voir sur ce graphique, décrivant l'évolution au cours du vol.


Passage difficile, moment faste, en fonction de la zone géographique, de l’ennuagement, ou de tout autre facteur, l’architecture de la journée de vol se dévoile instantanément.

gain et perte d'altitude en cheminement

Ce graphique montre le gain ou la perte d'altitude correspondant à chaque phase de cheminement, mettant en avant ses compétences de pilotage durant cette phase.


Vous n’avez que des barres positives ? Ce n’était pas déjà le cas pour la recherche ? Dans ce cas, vous vous rapprochez dangereusement des divinités…

temps passé en transition chaque heure

Quelle est la part moyenne de temps passé en transition chaque heure ? C'est ce qu'on peut voir sur ce graphique, décrivant l'évolution au cours du vol.


Passage difficile, moment faste, en fonction de la zone géographique, de l’ennuagement, ou de tout autre facteur, l’architecture de la journée de vol se dévoile instantanément.

finesse entre deux ascendances

Il s'agit de la finesse nécessaire pour joindre chaque ascendance. Ce graphique permet, par exemple, de relever des spécificités de terrain, ou de météo.

évolution de la vitesse moyenne du vent

On représente ici de la vitesse du vent moyen déterminée à partir des données de vol. Une représentation simple de l'évolution du vent sur la journée, sans tenir compte de l'altitude.


Il est toujours intéressant de confronter la prévision des modèles météo à cette donnée, afin de se faire une idée de la pertinence de chacun, et ainsi progresser dans ses choix de sites.

évolution de la vitesse du vent selon l'altitude

Il s'agit de la vitesse du vent moyen calculée à partir de l'espace parcouru pendant toute la durée du vol. A mettre en relation avec les prévisions météo prises avant le vol !


Cette représentation zonale met notamment en évidence des régions plus ou moins marquées de pénétration du vent. On pourra y détecter les entrées de brise de mer par exemple.

direction du vent moyen selon l'altitude

Cet hodographe représente l'évolution de la direction du vent moyen selon l'altitude. Ainsi, la représentation est la plus fidèle possible.


Sa lecture se fait à la manière d’une boussole, dont la courbe de la direction du vent varie de l’altitude la plus faible, au centre, à l’altitude la plus élevée, à l’extrémité.

direction du vent moyen selon l'heure

Cet hodographe représente l'évolution de la direction du vent moyen selon l'heure. Un outil qui permet d'apprécier finement ses variations.


Sa lecture se fait à la manière d’une boussole, dont la courbe de la direction du vent varie de l’heure de début de vol, au centre, à l’heure de fin de vol, à l’extrémité.